Web services REST
1
8.7/10
Web Services REST
WEB SERVICES / 25 mai 2017

Les web services REST font partie de la grande famille des services basés sur une technologie permettant à des applications de dialoguer à distance via Internet. Ceci se fait indépendamment des plates-formes et des langages sur lesquelles elles reposent. Pour ce faire, les services Web s’appuient sur un ensemble de protocoles Internet très répandus (XML, HTTP), afin de communiquer. Cette communication est basée sur le principe de demandes et réponses, effectuées avec des messages XML. Ce sont les documents WSDL (Web Service Description Language) qui décrivent les services web. Ceux-ci précisent les méthodes que le système peut invoquer, leurs signatures et les points d’accès du service (URL, port). Les services Web sont accessibles via SOAP, la requête et les réponses sont des messages XML transportés sur HTTP. Il existe probablement autant de définitions des Web Services que d’entreprises qui les créent. Mais presque toutes ces définitions ont un certain nombre de points communs. Premièrement, les services web proposent aux utilisateurs du Web des fonctionnalités pratiques grâce à un protocole Web standard (dans la plupart des cas, le protocole utilisé est SOAP). Deuxièmement, les Web Services offrent un moyen de décrire leurs interfaces suffisamment en détail pour permettre à un utilisateur…

Architectures n-tiers
1
7.7/10
Architectures N-tiers
ARCHITECTURE LOGICIELLE / 25 mai 2017

Les architectures n-tiers doivent permettre de pallier les limites des architectures trois tiers et de concevoir des applications puissantes et simples à maintenir. Ce type d’architecture permet de distribuer plus librement la logique applicative, ce qui facilite la répartition de la charge entre tous les niveaux. Cette évolution des architectures trois tiers met en œuvre une approche objet pour offrir une plus grande souplesse d’implémentation et faciliter la réutilisation des développements. Théoriquement, ce type d’architecture supprime tous les inconvénients des architectures précédentes. Elle permet l’utilisation d’interfaces utilisateurs riches et sépare nettement tous les niveaux de l’application. Elle offre de grandes capacités d’extension et facilite la gestion des sessions. L’appellation “n-tiers” peut laisser penser que cette architecture met en œuvre un nombre indéterminé de niveaux de services. Mais ces niveaux restent à un nombre maximum de trois (les trois niveaux d’une application informatique). En fait, l’architecture n-tiers qualifie la distribution d’applications entre de multiples services et non la multiplication des niveaux de service. Ainsi, l’architecture prend toujours en compte les trois niveaux d’abstraction d’une application. Rôle de la POO dans les architectures n-tiers Cette distribution est facilitée par l’utilisation de composants métier, spécialisés et indépendants, introduits par les concepts orientés objets…

Google App Engine
1
6.5/10
Google App Engine
GÉNIE LOGICIEL / 24 mai 2017

Une “Platform as a Service”, ou PaaS, est une catégorie de services de Cloud computing qui fournit la plateforme et l’environnement informatique nécessaire aux développeurs pour mettre en place leurs différents services et applications sur Internet. Google App Engine est la solution de PaaS (Platform as a Service) fournie par Google. Le but principal d’App Engine est d’offrir la mise à l’échelle automatique des applications. Ceci peut se faire en allouant les ressources en fonction de la fluctuation du trafic. App Engine fournit un environnement de développement Java basé sur la technologie standard Servlet. Google App engin fournit également une solution de persistance non relationnelle adaptée aux applications “dans le cloud”. Les nombreux services App Engine (Mail, Memcache, Tasks, Users…) offrent ainsi un écosystème riche. C’est cet écosystème qui facilite l’hébergement et le développement d’applications en bénéficiant de l’infrastructure de Google. Google App Engine constitue une alternative rationnelle à des besoins de plus en plus courants : haute disponibilité, réplication, pics de fréquentation saisonniers. Google App Engine est gratuit jusqu’à un certain niveau de ressources consommées. Actualités récentes de Google App Engine En mars 2017, Google a annoncé qu’une nouvelle version révisée d’App Engine était disponible. L’annonce a eu lieu…

Solutions et protocoles de log
1
7.8/10
Solutions et protocoles de log
PROTOCOLES / 5 mai 2017

Les solutions et protocoles de log permettent la mise en place de journaux d’événements. Ces journaux d’événements constituent une brique technique indispensable à la gestion de la sécurité des systèmes d’information. Afin de détecter des incidents de sécurité, il est possible d’utiliser a priori les journaux comme une source d’information riche. Dans ce cas, on peut alors consulter et analyser en temps réel les événements constituant les journaux. Mais l’administrateur du réseau peut également y retrouver les traces d’un incident de sécurité a posteriori. L’analyse des journaux d’un ensemble de composants peut alors permettre de comprendre le cheminement d’une attaque et d’évaluer son impact. Il faut donc garder à l’esprit que l’activité de journalisation est un moyen de détection et d’analyse. Elle ne se substitue pas aux mécanismes de protection du système d’information. Mais, son emploi doit se faire de façon complémentaire. L’utilité des solutions et protocoles de log dépend de leur génération et de leur récupération. Une architecture de journalisation doit donc suivre l’évolution du système d’information concerné (prise en compte des nouveaux équipements, des nouveaux usages, etc.). Plan du mémoire “Solutions et protocoles de log” Ce mémoire s’attache tout d’abord à définir la notion de log et à…

Méthode MVC
1
9.9/10
La méthode Modèle – Vue – Contrôleur 

La recherche en interactions homme-machine a permis le développement de modèles génériques et abstraits de systèmes interactifs. Ces recherches ont pour objectifs de mieux comprendre les systèmes interactifs existants, et à mettre en place une base commune de communication. Elles guident également vers des choix d’architecture logicielle lors du développement de nouveaux systèmes interactifs. L’architecture Modèle – Vue – Contrôleur également nommée méthode MVC s’inscrit dans la lignée de ces recherches. Lors de sa conception, le modèle MVC devait servir de solution générale permettant aux utilisateurs de manipuler des données volumineuses et complexes. A l’origine, ce sont les applications logicielles qui devaient faire usage de l’architecture MVC. Pourtant, aujourd’hui, ce se ont principalement les applications Web qui en font usage. Dans ce contexte, il est étonnant de constater que le modèle MVC fût conceptualisé quelques années avant l’utilisation du terme « Internet » en 1982. Et force est de constater qu’après 40 ans, la mécanique MVC reste toujours autant d’actualité. Mais le traitement de ce sujet n’en reste pas moins difficile malgré une base théorique de l’époque relativement condensée. L’évolution du concept au fil des années, ses différentes versions, ses nombreux domaines d’application, l’usage diversifié qu’en font les développeurs rendent…