UML & Design patterns

26 mai 2017

UML pour Unified Modeling Language, est né en octobre 1994 au sein de la société Rational Software Corporation sur une idée de Grady Booch et de James Rumbaugh. La version 1.1 d’UML a été standardisée par l’OMG (Object Management Group) le 17 novembre 1997 suite à une demande de collaboration de plusieurs grande entreprises américaines. Parmi celles-ci, nous pouvons notamment citer Hewlett-Packard, IBM,vMicrosoft et Oracle.

L’ Unified Modeling Language a été conçu pour modéliser différents types de systèmes, de taille quelconque et ceci pour tous les domaines d’application (gestion, science, temps réel, système embarqué). Ainsi, UML permet de diviser le système d’information (d’une organisation) entre un système métier et le système informatique. Le système métier doit modéliser les aspects statiques et dynamiques de l’activité selon une vision externe et une vision interne. De cette manière, le système métier ignore l’implémentation technique. De son côté, le système informatique recouvre la partie automatisée du système métier concrétisant les choix effectués parmi les différentes technologies disponibles. Les concepts manipulés sont les mêmes, pour chacun de ces deux niveaux d’abstraction.

UML est fortement inspiré de l’approche 4+1 vues indépendantes (logique, composants, processus, déploiement et cas d’utilisation) définie par P. Kruchten. Il s’agissait alors d’exprimer les différentes perspectives de l’architecture d’un système informatique. Ainsi, UML se intègre les éléments de modélisation qui représentent toutes les propriétés du langage. UML intègre également des diagrammes (de cas d’utilisation, de classes, d’objets, d’états-transitions, d’activités, de séquence, de collaboration, de composants et de déploiement) qui constituent l’expression visuelle et graphique.

Caractéristiques intrinsèques de l’ Unified Modeling Language

UML n’impose pas de processus de développement logiciel particulier. néanmoins, celui qui est sous-jacent est un processus :
  1. itératif : il précise à chaque itération le niveau d’abstraction,
  2. incrémental : il divise le développement en étapes, chacune participant à la construction de tout ou partie du système,
  3. centré sur l’architecture : tant au niveau de la modélisation que de la production,
  4. conduit par les cas d’utilisation : UML modélise l’application à partir des modes d’utilisation attendus par les utilisateurs,
  5. piloté par les risques : ce qui permet d’écarter les principales causes d’échec.

Wrap Up

  • 7/10
    Note obtenue
  • 8.4/10
    Densité du rapport
  • 7.5/10
    Utilisabilité

Caractéristiques

  • Une note de 14/20
  • Année 2016
  • Présenté au CNAM ..(sur demande)
  • 37 pages

Points forts / Points faibles

  • + Rapport complet
  • + Nombreuses illustrations
  • + Contenu clair et lisible
  • ---------------------------------
  • - Étude comparée à approfondir

One Comment

  • PACNAM 26 mai 2017 at 12 h 52 min

    Bonjour,
    Pour vos questions, c’est par ici.

    Bonne journée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *